Points de vue lyonnais

Suspendu aux lèvres de la Saône, cet appartement vogue au gré des empreintes et des styles. Il marie dans son agencement, sa structure, sa décoration et son charme des inspirations plurielles, personnifiées par l’architecte, Aude Dumont, l’architecte d’intérieur Pauline Jalibert et les idées d’Isabelle Bouchet, architecte parisienne. Femme de coup de cœur, tant dans son choix décoratif que dans ses rencontres, Nathalie a su raconter une histoire, en lien étroit avec ses goûts, les besoins de sa famille et le lieu.

Comme s’il en avait toujours été ainsi

Posé sur les toits d’un immeuble de style Haussmanien, le lieu de vie de Nathalie, Sébastien et de leurs deux enfants a su se réapproprier les combles. À l’origine, deux appartements mitoyens se partagent le plateau situé sous les greniers. Fonctionnant toujours au « feeling », Nathalie a entraperçu, dès le premier regard, le potentiel et surtout la vue ! Le panorama, embrassant la colline de Fourvière, jusqu’au sud de Lyon, invite à la contemplation quotidienne. Dès lors, impossible de faire marche arrière, Nathalie et son mari Sébastien sont littéralement sous le charme. Le couple sollicite l’expertise de Aude Dumont. L’architecte leur propose un projet conçu en lien étroit avec cette véritable toile lyonnaise, articulant les pièces de vie en conséquence, au fil de cette enfilade panoramique. Les trois chambres trouvent ainsi leur propre rythme, dans une cohérence de circulation bluffante, aujourd’hui évidente.

Pour Aude, « il faut imaginer cet appartement comme une immense coque en bois, liée à l’ossature même de la charpente. Le but de cette rénovation était d’en saisir et d’en révéler toute l’essence. Raison pour laquelle, nous avons élevé le plafond afin d’aller chercher ces poutres apparentes et de restituer une éloquence propre. Cette « coque » présente l’avantage de s’inscrire comme un élément structurel, libérant la surface de murs ou de poteaux porteurs. Nous avons donc pu ouvrir les volumes, sans difficultés, uniquement dictés par deux conduits de cheminées, atténués par les niches décoratives qui entourent le bureau. Ainsi, les poutres apparentes et l’envolée linaire qui appuient la perspective de part et d’autres de la cloison centrale, ont pu prendre vie, révélant la vue magistrale, élément décisif du projet. »

Architecte Aude Dumont - Architecte d''intérieur Pauline Jalibert Cuisine réalisée sur-mesure par le menuisier Xavier Verchère (Pommiers) Îlot de 70 cm x 2,70 mètres de longueur - Plan de travail en Pierre Bleue de Hénaut Photographe Frenchie Cristogatin
Architecte Aude Dumont – Architecte d »intérieur Pauline Jalibert Cuisine réalisée sur-mesure par le menuisier Xavier Verchère (Pommiers) Îlot de 70 cm x 2,70 mètres de longueur – Plan de travail en Pierre Bleue de Hénaut Photographe Frenchie Cristogatin

Une somme de ressentis

Tout concourt à accroître cette notion de grandeur, au sein des 146 m2 habitables. Chaque recoin a été optimisé, avec une impression d’espace toujours rehaussé par les détails pensés par l’architecte, à l’instar des miroirs insérés dans l’encadrement des fenêtres de la cuisine, démultipliant la luminosité. Se dégage également un sentiment de volume maîtrisé. L’îlot de la cuisine en est le parfait exemple et pourtant il n’aurait jamais dû voir le jour. « Nous ne souhaitions pas d’îlot ! » avoue Nathalie. « Nous ne voulions pas de bloc monolithique écrasant la pièce ! Finalement, ce n’est autre que le Xavier Verchère (Pommiers), à l’origine de toutes les menuiseries de l’appartement, qui nous a convaincu de son utilité, mais avec une réflexion plus légère. » Avec seulement 70 cm de largeur, effilés sur une longueur de 2,70 mètres, l’îlot se fond dans le paysage, soucieux de toute cette rythmique horizontale et verticale qui assoit l’agencement des volumes. La laque blanche allège davantage, marquée par une très belle pierre quartz légèrement rosée. Et toujours ce besoin de réchauffer par une rupture de style, chère à Nathalie, matérialisée par les lampes métalliques, dénichées chez Epsilon (Lyon 2ème), inhérentes aujourd’hui au meuble.

C’est l’architecte Isabelle Bouchet qui a contribué à rehausser le coin repas, avec l’idée de cette bibliothèque-cloison-banquette qui protège les moments de convivialité de l’aspiration du couloir de circulation. Discrets, élégants, les textiles et les revêtements jouent sur toutes les variations de gris, que ce soit via l’effet artisanal de la peinture Flamant, que des tissus Missoni de la banquette, des canapés Cappellini et de la pâte de verre Bisazza ornant la salle de bains. Une colorimétrie subtile imaginée par Pauline Jalibert. Le camaïeu associé au vieux bois, au parquet chêne ou encore aux poutres apparentes et à l’agencement unique, nous font voyager tour à tour dans des styles totalement différents et pourtant, en ce lieu, parfaitement cohérents. Un esprit maison, une note de montagne, une touche parisienne… Seul élément chromatique fort et tape à l’oeil qui prend tout son sens : l’emblématique commode WrongWoods d’Established&Sons, du noms des designers Richard Woods et Sébastien Wrong, qui avec ses 2,60 mètres semblent vouloir attirer tous les regards. Elle montre le chemin dans sa transversalité vers la suite et la salle de bains parentales,  généreusement confinées à l’abri des regards.

Galerie d’images

Merci de patienter...

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

J'accepte de recevoir la newsletter DOMODECO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • MAISON&OBJET Paris 2018
  • Populaires

  • Articles récents

  • Newsletter DOMODECO

    Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

    RGPD

    Merci et à très bientôt !