Concept U Wall, balade murale

Partagée entre cocon familial et galerie de décors muraux, la maison de Laurence et Patrick Chavanne est à leur image, un lieu de partage.

C’est sur la colline de Fourvière, que le couple à l’origine de la société lyonnaise Conceptuwall, a su transformer un ancien atelier de peintre en une demeure, à la fois intime et conviviale.Une personnalité propre rythmée par ses empreintes chromatiques fortes, ses motifs audacieux… Cet espace à vivre nous fait voyager, de pièce en pièce, dans des univers différents et complémentaires. Mêlant objets de récupération, décors muraux et vue panoramique, cette maison nous transmet son esprit chaleureux, tant par ses occupants que par la mixité des matières.

Les fondations d’un quotidien

C’est à l’abri des regards indiscrets que Laurence et Patrick ont déposé leurs valises, il y a maintenant une vingtaine d’années. Plus précisément, c’est à la place de l’ancien atelier et maison d’Adolphe Appian, peintre du 19ème siècle, qu’ils ont choisi de faire leur vie. Laissé à l’abandon pendant plus de cinquante ans, le lieu a repris vie en grâce aux de parents de Laurence. Mais ils n’ont pas pu en faire leur chasse gardée bien longtemps… Ils ont su s’approprier les lieux à leur façon. Pour ce faire, il a fallu construire ce qui est, aujourd’hui, devenu leur univers familial. « L’entrée et même la salle de bains étaient jusqu’à présent inexistantes. », confie Laurence. En tant qu’ancien atelier, cet espace de plus de 150m2 était exclusivement de plain-pied et avait pour uniques ouvertures, une imposante porte d’entrée ainsi qu’une baie vitrée.

Baie vitrée qui s’est scindée après la construction d’un étage. Déjà parents de deux petites filles, ils ont pris le parti de leur dédié ce niveau supplémentaire, démultipliant de pair, les m2, laissant une respiration lumineuse au dessus du salon cathédrale de près de cinq mètres de hauteur. Un véritable puits de lumière pour l’ensemble de la pièce. Le poêle s’est transformé en cheminée, prenant place au coeur de cet espace de vie. La surface s’est alors petit à petit cloisonnée, laissant apparaître, chacune leur tour, les autres pièces de la maison. De toute évidence, d’autres ouvertures ont dû être créées afin de diffuser la lumière aux quatre coins de la maison. Notamment dans la chambre parentale, la cuisine et l’entrée, où des baies vitrées ont été installées. Une source de luminosité incomparable, certes, mais également un paysage à couper le souffle. En effet, depuis ces trois pièces exposées ouest, il est possible d’admirer et surtout de se laisser transporter par cette vue plongeante sur les quais de Saône lyonnais.

Les aventures d’un duo artistique

L’architecture mise en place, le couple à la vie comme au travail a pu ajouter sa griffe unique. Une vision qu’ils doivent à leurs parcours professionnels. Elle, architecte d’intérieur, lui, commercial et développeur dans le papier-peint et numérique. Avec une sensibilité créative exacerbée par son talent, Laurence a su exploiter son coup de crayon et son imagination au service des décors muraux. Conceptuwall est né. Leur objectif était donc de mettre en avant des décors muraux, voire panoramiques, afin de faire face à un papier-peint industriel, aux motifs répétitifs. « Ce n’est ni du papier-peint, ni une addition de motifs. Nous voulions créer des tableaux décoratifs, directement inspirés d’empreintes plus authentiques, voire historiques. »,explique Laurence. « Je dirais que le papier peint c’est le prêt-à-porter et, que nous, en quelque sorte, nous faisons de la haute couture » confie Patrick. Ensemble, ils redessinent et impriment à la demande des compositions murales sur-mesure.

Ils travaillent pour de nombreux architectes, notamment dans le but de décorer de nouveaux hôtels. Mais leur terrain de jeu favori reste leur propre maison, où ils n’hésitent pas à changer les décors en fonction de leurs envies. Des envies toujours très acidulées. En effet, Laurence a toujours été attirée par la couleur, qui est ainsi devenue le fil conducteur de son travail. C’est un véritable parti pris qu’elle a souhaité mettre en lumière à travers son métier d’architecte. « J’étais en manque de couleurs à proprement parlé, et j’en avais surtout assez de ces tons blancs, taupes et gris qui gravitent dans l’univers de la décoration depuis une dizaine d’années. J’ai eu une véritable overdose de la non-couleur ! »

Un ras-le-bol qu’elle a su transformer en une signature à part sur fond de motifs graphiques. Elle prend donc plaisir à dessiner de ses propres mains des décors tous plus originaux les uns que les autres. Son désir, c’est de raconter une véritable histoire tout au long de la maison, en créant des univers plus complets. C’est pourquoi, elle ne s’est pas arrêtée aux décors muraux et a décidé de voir encore plus loin. Pour constituer un esprit de cohérence, l’idée de fabriquer des éléments supplémentaires lui est très vite apparue comme une évidence. Ils ont tout d’abord commencé par des abats-jour, des tableaux, des adhésifs, puis des revêtements de tissus et aujourd’hui ils s’attaquent même à la moquette. « Si vous voulez donner une nouvelle jeunesse à la commode de votre grand-mère, la rendre originale et surtout unique avec des motifs éclatants, c’est désormais possible. », confie Laurence.

De l’entrée, aux chambres des filles, la patte de Conceptuwall s’insinue de toutes parts, additionnée à la peinture écologique signées Naturelles Substances (Lyon 2ème). En naviguant dans la maison, nos hôtes nous font voyager dans des atmosphères purement différentes, mais toujours à travers une ambiance faune et flore. Un cerf et un boeuf en plein coeur d’un univers Sherwood au centre du living, sans oublier le tigre et le paon qui se pavanent dans le panorama Ludwig Plumage en tête de lit de la chambre parentale.

Un tableau aux multiples nuances

Outre cet aspect chatoyant retranscrit par les couleurs de ces motifs vertigineux, cette maison regorge également d’un univers décoratif très particulier. Nous pourrions parler d’une décoration vintage, mais… « non pas vintage, ce mot trop galvaudé m’insupporte ! »s’exclame Laurence. « En réalité, c’est un mélange de plusieurs univers hétéroclites, il est impossible de la qualifier, et encore moins de la ranger dans une case. » Une décoration spontanée ni sérieuse, ni rigoureuse, mais au contraire ouverte et chaleureuse. « Je n’aime pas le vide, que ce soit en décoration ou humainement parlant. Je souhaitais réellement retranscrire cet aspect de ma personnalité à travers une maison extrêmement vivante, en associant des éléments qui me correspondent. »Passionnée de brocantes, la famille a accumulé un bon nombre d’objets.

Ce qui lui permet ainsi de changer, varier et mélanger tous ces éléments qui lui tiennent à coeur. Aujourd’hui, l’atelier d’artiste aux murs blancs est désormais bien loin. Décorée de stylobates en bois et d’imposants meubles anciens, eux-aussi chinés et dénichés dans une ancienne usine, la pièce à vivre a su révéler un cachet propre, comme s’il en avait toujours était ainsi. « J’aime associer des éléments totalement kitchs, même si ça peut paraître un peu chaotique, au final tout devient homogène. », conclut Laurence. L’apparence de l’atelier a peut-être disparu, mais l’âme pittoresque, quant à elle, a pris une tout autre ampleur.

Texte Charline Bakowski – Photographe Frenchie Cristogatin.

Galerie d’images

Créateurs des décors muraux Conceptuwall (Lyon 2ème)

Merci de patienter...

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

J'accepte de recevoir la newsletter DOMODECO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • MAISON&OBJET Paris 2018
  • Populaires

  • Articles récents

  • Newsletter DOMODECO

    Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

    RGPD

    Merci et à très bientôt !