Émergence | Rendez-vous 17

Mitsunori Kimura, Face on Rope, 2010 - Vue de l'exposition The Man Absorbing Oil, Kenji Taki Gallery, Nagoya, 2010 - Courtesy de l'artiste, Shizuoka et Kenji Taki Gallery, Nagaoya/Tokyo
Mitsunori Kimura, Face on Rope, 2010 – Vue de l’exposition The Man Absorbing Oil, Kenji Taki Gallery, Nagoya, 2010 – Courtesy de l’artiste, Shizuoka et Kenji Taki Gallery, Nagaoya/Tokyo

Depuis 2003, la Biennale de Lyon dispose d’un espace préservé de découverte(s) : rendez-vous. Création conjointe du macLYON et de l’IAC, cet événement satellite propulse sur le devant de la scène internationale des artistes prometteurs, chacune bénéficiant ici de sa première grande exposition personnelle. Cette édition 2017 sera la pépinière ou le baptême de vingt talents — dix français, dix sélectionnés par dix biennales de par le monde, auxquels s’ajoute la graphiste Léna Araguas. On retrouvera notamment avec plaisir les obsessions organiques de Laure Mary-Couégnias (ancienne de ENSBA de Lyon dont le travail a récemment été vu au parking Grôlée) ou encore Anne Le Troter, dont on avait ouï-dire l’installation sonore Les Mitoyennes à la BF15 il y a deux ans en… Résonance.

Du 20 septembre au 7 janvier 2018 à l’Institut d’Art Contemporain – 11 rue Docteur Dolard
69100 Villeurbanne – 0/16€

Voir le site

Événements | 14ème Biennale d’Art Contemporain de Lyon

©Shimabuku, When Sky was Sea, 2002 - Performance / video installation - Courtesy the artist and Air de Paris, Paris
©Shimabuku, When Sky was Sea, 2002 – Performance / video installation – Courtesy the artist and Air de Paris, Paris

Placée sous les auspices de la « modernité », la 14e Biennale est portée par la thématique des Mondes flottants — choix judicieux pour une ville de confluence — qu’on doit à la commissaire invitée, Emma Lavigne. Elle nous fera voguer vers les interprétations d’artistes aussi éclectiques que Apichatpong Weerasethakul, Berger & Berger, Laurie Anderson ou encore Marco Godinho qui customise la façade de La Sucrière — l’un des deux sites permanents avec le macLYON.

Il faudra compter avec quelques évocations de grandes figures tutélaires disparues (telles que Hans Arp, George Brecht ou l’aérien Alexander Calder) mais aussi consentir à se déplacer dans les multiples lieux en Résonance (galeries, musées de la région) pour découvrir les vibrations et harmonies suscitées par cette Biennale.Notons l’installation temporaire place Antonin-Poncet du Radome de Buckminster Fuller jusqu’au 5 novembre, qui abritera une autre œuvre. Sonore et contemplatif, Clinamen v2 de Céleste Boursier-Mougenot nous fera admirer le voyage flottant de bols chinois sur une étendue d’eau. Immanquable.

Du 20 septembre au 7 janvier 2018 au MAC – Lyon 6ème et à La Sucrière
Lyon 2ème – 0/16€

Voir le site

Architecture | Les Journées Européennes du Patrimoine

Barrage-usine de Génissiat (Ain), 1939-1950 - Albert Laprade avec Léon-Emile Bazin puis Pierre Bourdeix, architectes Génissiat - Photo : H. Lacheroy - Académie d'architecture / Centre d'architecture et du patrimoine / Archives d'architecture du XXe siècle ©ADAGP, Paris 2016
Barrage-usine de Génissiat (Ain), 1939-1950 – Albert Laprade avec Léon-Emile Bazin puis Pierre Bourdeix, architectes Génissiat – Photo : H. Lacheroy – Académie d’architecture / Centre d’architecture et du patrimoine / Archives d’architecture du XXe siècle ©ADAGP, Paris 2016

De la construction au récit. Être de son temps et de son lieu pour l’architecte du XXe siècle

Les JEP, les 16 et 17 septembre 2017 nous incitent chaque année à reconsidérer notre paysage ordinaire en nous en dévoilant son histoire, ses secrets ainsi que l’identité de son « chef d’orchestre », trop souvent méconnue : l’architecte. À travers la figure emblématique d’Albert Laprade (1883-1978), qui fut concepteur d’ouvrages modernes majeurs (le barrage de Génissiat) sans renier le passé — il expérimenta avec succès des techniques de réhabilitation urbaine — le CAUE présente une exposition en six séquences montrant l’importance de la prise en compte par l’architecte du territoire, de ceux qui le peuplent et de la volonté de créer une « culture du lieu ».

Du 16 septembre au 9 novembre au CAUE Rhône Métropole
6 bis quai Saint-Vincent – Lyon 1er – Entrée libre

Voir le site

Illustration | Charlotte Le Bon : Pickle Melancholia

Charlotte Le Bon - ©Alexis Sévinier
Charlotte Le Bon – ©Alexis Sévinier

Foire internationale d’art contemporain se déroulant sur les quais — comme son nom l’indique — de Saône, Docks Art Fair propose à un aréopage de galeries de valoriser la production de l’une de leurs artistes. Parallèlement, la directrice générale de l’événement Patricia Houg invite une personnalité de son choix pour une grande exposition. Après les tirages de Nikos Aliagas l’an dernier (édition photographique oblige), les cimaises du Pavillon 8 vont accueillir les œuvres d’une nouvelle figure multimédiatique : Charlotte Le Bon. La comédienne québécoise, jadis aperçue sur Canal+, manie en effet le crayon autant que la fausse ingénuité. En témoignent ses dessins rappelant par moment la causticité de Glen Baxter ou de Philippe Geluck, adoucis de tons pastels. Une sorte de sourire qui mord…

Du 16 au 20 septembre au Docks Art Fair – Pavillon 8
59 Quai Rambaud – Lyon 2ème – De 3 à 5€.

Voir le site

Jean-Luc Navette | Preaching the Blues

Ses talents et son originalité de tatoueur lui ont valu une enviable renommée. Navette a pourtant pris la décision solennelle de raccrocher son dermographe afin de se consacrer à l’illustration. Ce manque de peau est une aubaine, et la promesse d’admirer plus fréquemment le travail minutieux d’un artiste singulier : depuis que Navette plonge sa plume dans les plus insondables des ténèbres, Soulages n’a plus le monopole de l’outrenoir ! Ambiances vintage et macabres, personnages exhumés des contes noirs de Poe, des chansons de Nick Cave, d’un Far West zombifié, de Freaks ; inspirations sulpiciennes…

Évoquant d’indicibles cauchemars à demi oubliés, l’univers graphique de Navette fascine plus qu’il ne dérange. Et s’accompagne fort bien de musique : l’exposition au Marché Gare, en écho à la publication du recueil Nocturnes (Noire Méduse) comportant de nombreuses pochettes d’albums pour le label Night Records, est à savourer avec sa bande-son rock et blues. De la pure magie noire.

Mardi 26 septembre à 18h au Marché Gare 34 rue Casimir Périer
Lyon 2ème – Entrée libre

Voir le site

Cinéma | Lumière ! Le cinéma inventé

Auguste et Louis Lumière
Auguste et Louis Lumière

Pour se préparer à la visite de Wong Kar-wai lors du Festival Lumière (du 14 au 22 octobre), et en attendant la prochaine exposition à la Galerie photo de l’institut Lumière, quoi de mieux qu’un retour aux sources ? Celles de ces découvreurs de génie, prénommés Auguste et Louis, les frères grâce auxquels tout à commencé pour le 7ème art quartier Monplaisir. Industriels et artistes, ces poly-inventeurs ont non seulement imprimé le mouvement sur pellicule (on peut d’ailleurs visualiser simultanément les 1422 films estampillés Lumière sur un mur géant !) mais été également les précurseurs de la photographie couleurs, du cinéma en relief et de mille autres merveilles. La technique n’a jamais été aussi poétique.

Jusqu’au 25 février 2018 au Musée des Confluences
86 quai Perrache – Lyon 2ème – De 0 à 9€

Voir le site
Merci de patienter...

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

J'accepte de recevoir la newsletter DOMODECO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • MAISON&OBJET Paris 2018
  • Populaires

  • Articles récents

  • Newsletter DOMODECO

    Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

    RGPD

    Merci et à très bientôt !