Exposition Da Vinci : les inventions d’un génie

S’il naît un génie par siècle, il n’y a qu’un Léonard par millénaire. Parangon des talents de son temps, ce phare de la Renaissance ne laissa aucune discipline de côté, les faisant toutes progresser par ses recherches et ses découvertes. Si la postérité a conservé du vieillard chenu les créations picturales, les excentricités semi-ésotériques, les rêves d’Icare et réalisations dignes d’un ingénieur des ponts et chaussées, elle se fait généralement plus discrète sur ses trouvailles militaires : à l’instar d’Archimède, Léonard a aussi gagné sa vie en imaginant comment en supprimer. L’exposition phénomène de la Sucrière ne cache rien de toutes les facettes du personnage. À travers plus de 200 objets et reconstitutions parfois grandeur nature de ses inventions fabriquées à partir de ses notes, vous aurez l’impression de vous immerger dans les arcanes de son intelligence ; sensation accrue grâce aux animations 3D. Le génie est-il contagieux ?

Jusqu’au 13 janvier 2019 à La Sucrière
49-50, quai Rambaud
69002 Lyon
8/13 €

Voir le site

Jan Kopp : la patience du Tapajós

Après une première intervention mobile qui l’avait vu en mai dernier rallier par voie fluviale Mulhouse à Lyon (417 km) à bord de son œuvre flottante-réversible Utopia House, Jann Kopp revient à pied sec pour une exposition plus « statique »… même si elle évoque par moments les réserves secrètes d’un collectionneur ayant prélevé des échantillons dans tous les endroits du monde où sa barque l’a mené. De ces bribes hétéroclites, Kopp recrée des familles ordonnées et harmonieuses, parfaites pour célébrer la réouverture après remise à neuf de l’indispensable Fondation Bullukian. On a bien fait de patienter…

Du 5 novembre 2018 au 5 janvier 2019
Fondation Bullukian
26, place Bellecour – 69002 Lyon
Entrée libre

Voir le site

Face à face : Ta gueule !

Dialogues et variations sur un même thème, renouvelé à l’envi… Juliette Clovis et Robert Combas se prennent la tête sur de drôles de bobines : des bustes et des visages, customisés par leurs soins. Pour l’une, des céramiques éclatantes de blancheur émaillée dévorées de concrétions marines (polypes, coraux…) et balafrées de figures colorées évoquant autant des actinies que des algues dichotomes ballottées par les eaux ; pour l’autre, des faces surchargées de casques ou de masques ornés de motifs ne laissant entrevoir que le vestige du regard. Le résultat ? On ne peut s’empêcher de dévisager, avec un sentiment diffus d’indiscrétion, ces minois au départ neutres et anonymes, transfigurés par ces deux entêtés. Pardon : ces deux artistes.

Jusqu’au 1er décembre
Galerie Petitjean
60, rue Auguste-Comte
69002 LYON
Entrée libre

Voir le site

Roger de La Fresnaye (1885-1925), la tentation du cubisme

Difficile pour un peintre tournant autour du Bateau-Lavoir du début du XXe siècle de résister à la puissante attraction du mouvement cubiste. Il fallait, à tout le moins, disposer comme Roger de la Fresnaye d’un solide ancrage hors du cercle parisien (en l’occurrence, son château ligérien de Beauvernay) pour céder à cette tentation esthétique sans y succomber totalement. Peintre à la trajectoire météoritique, Roger de La Fresnaye a épousé les évolutions de son époque sans s’y laisser enfermer, réfléchissant à une nouvelle construction plastique à l’épure raisonnée sans se départir de la vivacité ni de l’éclat des couleurs. La preuve avec cette exposition révélant également son influence sur quelques illustres représentants de l’école des Ziniars lyonnais, parmi lesquels Émile Didier, Claude Dalbanne ou Étienne Morillon.

Du 14 octobre 2018 au 10 février 2019
Musée Paul-Dini
2, place Faubert
69400 Villefranche-sur-Saône
0/6 €

Voir le site

Henri Guérin : Lumière[s] – Patience de la main et paysages, notre berceau

Firminy-Vert se transformerait-il en Firminy-Verre ? C’est ce que l’on pourrait croire avec cette double exposition d’Henri Guérin (1929-2009) qui déploya ses talents multiples aussi bien dans la peinture, dans le collage, dans le vitrail que dans la tapisserie. Amoureux de la nature, observateur des saisons et des choses, ce contemplatif avait trouvé dans le travail du verre le moyen d’intégrer à ses œuvres une part d’abstraction et de variabilité en écho avec le ressenti du temps. On peut parler d’illumination…

Du 13 octobre au 3 mars 2019
Eglise Saint-Pierre de Firminy et à la Chartreuse de Sainte-Croix-en-Jarez (Loire)
0/6 €

Voir le site

Bengt Wanselius : Ingmar Bergman

Pour honorer la comédienne fétiche d’Ingmar Bergman Liv Ullmann, interprète de Persona (1966) et de son ultime réalisation Saraband (2003), la 10e édition du festival Lumière a invité le photographe de plateau du Maître suédois à exposer les clichés réalisés en marge de ses tournages. On y découvre des images intimes de répétitions, entre le doute et la concentration, le rire et l’introspection… Pas de son, mais de l’intensité.À noter que durant la dizaine festivalière, trois autres expositions sont proposées dans la ville : Paul Grandsard présente ses portraits des talents venus à Lyon durant les neuf précédentes éditions (3, rue Pleney – 69001 Lyon), Chaplin, rare et inconnu pour redécouvrir au naturel le plus célèbre des vagabonds (20, rue du Premier-Film – 69008 Lyon) et Bob Dylan – Jerry Schatzberg ou quand une Palme d’Or immortalise un Prix Nobel (21, rue Longue – Lyon 69001).

Du 19 septembre au 4 novembre
Galerie Lumière
3, rue de l’Arbre-Sec
69001 Lyon
Entrée libre

Voir le site
Merci de patienter...

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

J'accepte de recevoir la newsletter DOMODECO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • EQUIP HOTEL 2018
  • Populaires

  • Articles récents

  • Newsletter DOMODECO

    Inscrivez-vous et recevez le meilleur de DOMODECO

    RGPD

    Merci et à très bientôt !